Y a-t-il un Hollande dans le François?


 

Est-ce que quelqu’un peut l’empêcher de dire n’importe quoi?

Non parce que 75% d’imposition au-delà d’un million d’euros de revenu mensuel, ce n’est pas anodin.

Faut-il quitter la France?
Faut-il basculer vers une organisation type kolkhoze, sovkhoze et Cie?
Faut-il cesser de travailler?

A-t-il réfléchi?
A-t-il paniqué face aux caméras?
A-t-il voulu ratisser sur des terres où même Philippe Poutou ne s’aventure pas?

Nan, il déconne.

Certes, ça s’est fait mais ça s’est arrêté…

www.lexpress.fr/impot-hollande-pour-les-tres-riches-un-signal-fort-pour-royal

liberation.fr/politiques/hollande-sur-tf1-ce-qu-il-a-dit

 

8 réflexions sur “Y a-t-il un Hollande dans le François?

  1. C’est vite arrivé un million!
    Pas à tout le monde mais ça arrive.
    Le million ne me gêne pas, c’est surtout l’idée qu’on te prenne 75% (sans compter les taxes diverses) de ce que tu as gagné en travaillant, ce qui est le cas de la plupart des gens, sachant que lorsque tu voudras transmettre ce qui reste, tes héritiers et toi s’en prendront à nouveau plein la figure.

    J'aime

  2. Parce qu’il y a des gens qui gagne 1 million en « travaillant » ? Ils gagnent combien de l’heure ? Ils transpirent beaucoup ? Parce que voyons… un rapide calcul me dit qu’un million représente 55 ans de travail à 1500€ par mois, (ce qui est encore plus que ce que touche la plupart des travailleurs)
    Celui qui a pu gagner sur l’année 1 million profite d’un système injuste qui permet à certains de s’accaparer les richesses pendant que d’autres crèvent de faim et s’use la vie pour pas grand chose. Quant aux héritiers, je ne vois pas bien ou est leur mérite.
    Société stupide et cruelle qui permet un système de caste qui ne dit pas son nom, et qui est pire que ce qui existait au moyen âge. Et c’est là ce que vous défendez ? Au nom de quelle valeur ? Celle du chacun pour soi ?
    Pitoyable.

    J'aime

  3. Basile, je suis d’accord, les héritiers n’ont aucun mérite. Bien souvent on n’a pas contribué à bâtir ce qu’on reçoit. Pour autant, je crois qu’on a le droit de vouloir et de transmettre ce qu’on veut à qui on veut, sans que l’état qui a déja prélevé des impôts dessus bien avant, en prenne la majeure partie. Beaucoup de gens peinent, notamment pour élever leurs enfants et leur laisser quelque chose, quand bien même ils s’assumeraient une fois adultes.
    Je ne défend pas l’individualisme radical (voir le mot « Test CSS ») toutefois, je ne crois pas non plus en la confiscation.
    En outre, je suis moi-même loin de gagner un million d’euros par ans mais 75% c’est énorme surtout quand on sait qu’il y a d’autres prélèvements sur les 25% restants.
    De plus, certains parmi ceux qui ont plus d’un million de revenus (la majorité, je l’espère) TRAVAILLE.
    Vous pouvez éventuellement douter que leur génie artistique, leurs qualités sportives, leurs talent de chef d’orchestre au sommet d’une entreprise ne valent pas un million d’euros par mois ou par an mais ils travaillent.
    Parmi ces travailleurs, certains sont souvent absents, ratent des anniversaires, des baptêmes, des mariages, prennent des risques, s’exposent, mouillent leur chemise.

    Il a également parmi ceux qui sont pauvres ou qui gagnent peu ou rien, des personnes qui refusent des postes parce qu’ils seraient trop dégradants, des gens qui ne veulent pas travailler, des gens qui n’ont pas voulu se former, d’autres qui ont décider de se contenter d’un CAP, BEP ou même BTS (je précise que j’en ai un) par envie de gagner de l’argent rapidement, par paresse d’aller à l’école, par désir de concrétiser certains projets qu’ils refusaient de différer de deux ou trois ans.
    Vous me direz que certains n’ont pas eu les moyens, ont manqué de soutien, etc, etc. Oui, il y en a, je le regrette.
    Mais certains hurlent aujourd’hui alors qu’ils auraient pu mieux faire et qu’ils ont choisi des voies qui les ont conduits là où ils sont. Bien sûr il a l’environnement, la conjoncture, les patrons et les actionnaires avides et j’en passe mais les individus ont aussi leurs responsabilités.
    J’ai moi-même accepté des postes de niveau Bac+2 voire moins plutôt que de rester à la maison.

    Il arrive également que les affreux qui gagnent bien leur vie créent des emplois, en montant leur propre entreprise, en investissant dans celles des autres, en demandant des services.

    J'aime

  4. Il y en a qui… il y en a d’autres qui…., il y en a même que !…. Hé oui, nous trouverons toujours des exemples à notre convenances, qui prouveront tout et son contraire. Je ne vais pas me battre avec vous la-dessus, la question n’est pas là.
    Mais franchement : à quoi ça sert tous ces millions ? A quoi ça sert même un seul petit million de rien du tout ? J’aimerais prendre par la main, bien gentillement les gagneurs de million, qu’ils soient footballeurs, chefs d’entreprises, laborieux, ou le plus souvent, il faut bien le dire, assez oisifs, boursicotteurs et spécialistes en placements faciles, ce qui n’est pas très épuisant. J’aimerais, donc, les prendre par la main et leur dire, voilà : tu vas prendre ton petit million, et donner toi même la très grosse partie de ce machin à des gens autour de toi. Ne choisis pas trop, fais ça au filling, et jettes-en un peu par les fenêtres aussi. Tu verras comme ça fait du bien, et comme tu te sentiras léger. On ne va pas faire tout un fromage pour un petit million non ? Débarrasse toi de ça et qu’on en parle plus. Allez, fiche nous la paix.
    C’est beau, les fainéants, bien plus sympathiques que les névrosés du travail qu’on nous propose en modèle. Et puis, les fainéants, ils sont obligés de déployer des trésors d’énergie pour trouver leur niche au soleil, il ne faut pas croire que ce soit facile. Oh ! un soleil tout relatif d’ailleurs, un petit soleil de peu, mais qui leur suffit.
    C’est curieux, les fainéants qui se contentent de peu, on les appelle des parasites. Les fainéants qui gagnent beaucoup, on n’en parle guère, et pourtant, eux pèsent de tout leur poids mort sur notre société, et leur poids nous étouffe. Il sent le gras, le rance (je parle des millionnaires pas méritants, pas des autres, pour ne pas vous fâcher, je ne cherche pas de querelle)
    Moi, je ne suis ni fainéant ni millionnaire. Etre fainéant m’ennuierait, être millionnaire m’encombrerait un peu. Si un jour je deviens millionnaire, je vous le ferai partager, c’est promis, juste pour vous taquiner un peu, et vous verrez comme c’est ennuyeux. Bien moins drôle que d’aimer vivre, d’aimer le temps qui passe, d’aimer le rire qu’on fait naitre sur un visage triste, d’aimer je ne sais pas, moi, ce qui vous passe par la tête.
    Vous travaillez ? Vous aimez ce que vous faites ? Alors si c’est le cas vous êtes donc heureuse, au moins un peu. Et si ce n’est pas le cas, vous allez vite changer pour autre chose de plus joyeux j’espère, car s’user la santé au travail n’est pas très raisonnable.
    Ce monde est idiot. L’argent est idiot, ou plutôt nous utilisons le système intelligent de la monnaie d’une manière idiote, mourir est idiot, mais on y peut rien, la vie est trop courte et c’est idiot aussi, mourir avec ou sans argent après avoir passé sa vie à se soucier d’argent est totalement idiot, et moi je suis idiotement bavard ce soir, désolé, c’est un soir comme ça.

    Le million… Le million… Je vais réfléchir à ce que je ferais avec mon million, on ne sait jamais… Si je trouve quelque chose d’intéressant je vous en ferai part.

    Bien amicalement
    Basile

    J'aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s