Laisses pas traîner tes poils


 

Laisses pas traîner tes poils

Parlons des gens qui laissent traîner leurs poils.

En réalité cela nous arrive à tous, involontairement.
Les poils vivent, meurent et tombent n’importe où à notre corps défendant.
Je veux m’intéresser particulièrement aux poils oubliés ou laissés sans pudeur dans les lieux d’aisance partagés.

D’aucuns s’insurgeront probablement contre mes préoccupations d’ordre « pipi-caca » ces derniers jours, eh bien je m’en fiche. L’objet du blog est de m’exprimer sur tout ce qui me passe par la tête (vous aussi d’ailleurs).

Revenons-en à nos poils.

Mon inspiration part d’un constat hélas moult fois renouvelé qui m’a donné des hauts le cœur ces deux dernières semaines.
Il s’agit des poils disséminés dans les toilettes de bureaux et lieux publiques.

J’ai envie de dire à leurs propriétaires que je comprends qu’ils ne puissent pas toujours faire obéir leurs poils au doigt et à l’œil mais pour autant, j’apprécierais grandement qu’ils épargnent aux autres leur présence dans des lieux partagés.

Donc, non aux poils de fesses (mon frère dirait « poils sexuels ») qui prennent leurs aises sur les toilettes.

Certes ont y va pour se soulager mais cela n’empêche pas la prévention, c’est-à-dire soulager les suivants des nausées et autres manifestations désagréables que pourrait susciter la vue d’une partie de nous détachée de son support de prédilection.
C’est vrai, quoi !

On doit déjà s’accommoder du fait que vous ayez posé vos fesses et parfois le reste sur les WC alors si en plus vous marquez votre territoire ça ne va plus.
Messieurs, dames on ramasse ses poils s’il vous plaît !
Un petit passage de papier et c’est parti.

Ci-dessous des photos d’hier. Sachez que pour une fois il n’y avait pas de poils en liberté donc j’ai fait une reconstitution de scène de crime (je regarde trop « Faites entrer l’accusé ») avec un bout de cheveu synthétique.

ImageImage

La photo ci-après date d’aujourd’hui et elle n’est pas mise en scène, « Chassez le naturel, il revient au galop »)

Image

Je vous vois venir, genre mais non, on ne sait pas forcément qu’on a laissé des indices derrière nous, la li la la, Sauf que, l’être humain est ainsi fait qu’il peut difficilement s’empêcher de regarder ce qu’il a commis.

Inutile de faire les dégoûtés derrière vos écrans. Nous avons une grande tendance à regarder, sentir, ou toucher  ce que nous expulsons, qu’il s’agisse d’urine, de selles, de sueur des aisselles, rognures et saletés de sous les ongles, crottes de nez, cérumen.

Donc pardon, il ne faut plus laisser, puisque vous savez.

Il ne faut vraiment plus parce qu’après on vous en veut, on vous prend pour des porcs, on se sent mal, on commence à surveiller les toilettes, on se laisse des mots pas très distingués, les accusations fusent, le climat social se dégrade (en entreprise, c’est du vécu).

Cela nous emmène au deuxième volet de notre thème, les projections de matière f.

Ah, non, ça, ça a voulu me faire vomir cet après-midi.

J’ai repéré le poil, j’ai entrepris de nettoyer le dessus des toilettes (papier+mousse spécifique mise à disposition) avant de faire un lit de papier par-dessus mais j’ai du m’arrêter.
L’opération nettoyage ne m’enchantait déjà pas mais quand j’ai vu les autres restes, juste sous le rebord, j’ai abandonné et changé de crèmerie.

Image

ImageImage

C’est vraiment incivil, d’en mettre partout et surtout de laisser ça aux suivants.
C’est d’autant plus écœurant qu’il y a autour, de quoi nettoyer : une brosse, du papier, de la mousse dans la cabine (voir photos) et à l’extérieur du gel hydroalcolique et du savon liquide.

ImageImageImageImageImage

Pour ne rien arranger le blanc du dispositif en plastique est perclus de tâches jaune, le distributeur de papier et la poubelle sont très mal positionnés et la châsse d’eau fait des projections lorsqu’on la tire (c’est pareil pour toutes les toilettes que j’ai testées pour l’instant).
Du coup j’ai du développer une technique pour tirer le papier sans qu’il touche la poubelle (l’idée me stresse), etc. La galère…

ImageImage

Toujours à propos, sur un précédent site où les toilettes (beaucoup plus confortables, et neuves) étaient régulièrement massacrées, nous nous étions demandés si ce n’était pas un moyen pour certaines personnes de se détendre, salir, se laisser aller sans retenue, en toute impudeur, comme une façon de s’échapper de ses responsabilités professionnelles, des heures de réunion où il faut se montrer, des objectifs à atteindre, des millions à gérer, de la pression sociale, des comptes à rendre ; une façon de redevenir soi enfant, léger et insouciant.

Il y a peut-être d’autres moyens quand même ?

Résultat des courses, je ne peux plus me planquer aux toilettes pour faire des siestes et me servir de mon téléphone  (pas très poli je vous l’accorde, mais c’est calme –enfin…- et relativement discret).

Zut !

2 réflexions sur “Laisses pas traîner tes poils

  1. les humains sont des porcs, il y a longtemps que j’en suis persuadée… les toilettes c’est horrible, les bords de route c’est horrible, une salle de ciné juste après une séance c’est horrible, les trottoirs pourris de mégots devant les cafés c’est horrible, sans parler des parkings d’autoroute et de centres commerciaux, et des petits coins de campagne tranquilles et isolés que certains prennent pour une décharge… heurk, à vomir l’humanité…

    J’aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s