En vrac


J’ai mis cinq jours à poster cet article écrit le 9 janvier. . .

(en espérant que cela fonctionne aujourd’hui)

 

 

En vrac

 

Je voulais parler du ventre semi-plat de ma sœur depuis plusieurs jours, presque dix je crois, mais elle m’énerve alors je la zappe.

Tout à l’heure je suis allée acheter des CD. Je voulais un album de Jay Martins que le vendeur ne semblait pas connaître. Son collègue de l’échoppe d’à côté lui a dit de regarder parmi les nigérians.

Ô miracle, c’était le premier de la pile. J’ai vu la pochette, je l’ai lue de loin et j’ai dit « C’est ça! », ce qui l’a rendu particulièrement joyeux et légèrement triste en même temps et il s’est écrié « Je veux aller à l’école encore! »

Donc voilà, aujourd’hui l’immense majorité des africains est analphabète et le pire c’est que ça va continuer ainsi pendant longtemps. Là où il y a un peu d’espoir c’est que ce type a compris que n’eut été l’amabilité de son voisin il aurait certainement raté la vente parce qu’il ne sait pas lire. Il est incapable de retrouver un CD si on ne luit a pas dit avant que telle pochette correspond à tel album de tel artiste. D’ailleurs c’est un joyeux bordel dans la plupart des échoppes de CD et DVD où au mieux on peut trouver un semblant de classement par zone géographique, et encore.

 

 

Cet épisode CD me ramène à un constat fait il y a deux semaines et complété aujourd’hui. En dix ans le prix des CD a été divisé par dix et celui des DVD par 20. Seulement voilà, il s’agit la plupart du temps de copies (on va tenter indiennes, chinoises, marocaines, nigérianes) à la qualité parfois incertaines ou carrément de CD gravés à la maison, revendus 1000 FCFA. Tout à l’heure j’ai vu dans la même boutiques ces fameuses copies et des CD qui semblaient originaux, dans une vitrine fermée à clé, vendus entre 15000 et 33000 F (2 CD). Ya pas match.

J’ai très honte de moi car fin décembre j’ai acheté 4 CD gravés artisanalement et je me suis sentie mal ensuite seulement voilà aujourd’hui j’ai acheté des CD de facture industrielle pour la plupart mais qui semblent également pirates. Le must, c’est qu’à bien observer les pochettes il semblerait que certains artistes nigérians (et d’autres?) ont l’air de participer à l’élaboration de ce type de produits, coordonnées à l’appui. Serait-ce le dernier moyen pour eux de continuer à en vivre? A moins que les coûts aient réellement connu une baisse spectaculaire dans cette branche, mais comment?

Sinon, bonne nouvelle, on peut maintenant (cela n’était pas du tout évident auparavant) tenir toute soirée avec uniquement de la musique africaine culte ou dans le vent sans avoir ni besoin d’importer de quoi se faire plaisir des Etats-Unis ou d’Europe, ni copier leurs styles musicaux. On peut même carrément faire des soirées 100% musqique Ouest Africaine, nigériane, ghanéenne, etc. Les pays francophones type Togo et Bénin restent très à la traîne mais ça bouge quand même et ça me fait plaisir. :-).

Autrement on est en 2013 et on n’a pas d’électricité (pas beaucoup). Vous le croyez ça?

En plus les salopards ont le bon goût de couper l’eau et l’électricité en même temps et sans prévenir. En 2013, s’il vous plaît.

Parallèlement la population augmente de façon effrayante, les besoins avec, les investissements tardent, les politiques niaisent, les gens ne protestent plus, l’économie est par terre, c’est la fête! En 2013.

On peut toujours se payer un groupe mais il faut pouvoir et quand bien même, la plupart des groupes ont besoin d’essence or elle est rare et chère. Dimanche nous avons du faire quatre stations pour en trouver.

Dans le même temps Monsieur le président veut mettre fin à la contrebande d’essence mais comment vont faire les gens? Et les acheteurs qui n’ont que peu d’alternatives (on met du charbon dans les voitures?) et les vendeurs qui n’auront plus qu’à vivre de crime et de prostitution. Non parce que les gars ont n’a pas d’autre job à leur proposer. On veut bien, la fin de la contrebande, en majorité mais avec quelles solutions? Aucune, la belle affaire!

Comme ça on va avoir les désœuvrés braqueurs sur le dos plus les policiers braqueurs. Les seconds sont déja partout. On va devoir les départager ou quoi?

C’est assez nouveau (bien que déja tenté il y a quelques années), des policiers à tous les carrefours, de nombreux feux, des entrées et sorties de ponts etc, mais ils nous rackettent souvent. Aujourd’hui ce n’est plus systématique et c’est nettement plus subtil, ils vous mettent en position de leur proposer un pot de vin plutôt que de le demander directement. Je dois avouer que certains sont franchement sympathiques mais il y a quelques années mon frère et moi avons décidé de donner zéro argent aux policiers et gendarmes, point. C’est un principe. Qu’ils fassent leur job et si nous sommes en règle ou en infraction ou qu’ils en inventent, notre politique immuable est de leur proposer de saisir le véhicule et que nous allions le récupérer le lendemain dans un commissariat ou à la fourrière contre le paiement d’une somme beaucoup plus élevée que le bakchich qui croient-ils règlerait tous les problèmes sur le champ. Nous prenons toutes les amendes, y compris les plus injustes mais zéro argent dans les mains des policiers de la rue. C’est notre façon d’être citoyens. Vous me direz que le doute est plus que permis quant à la destination finale des sommes parfois versées ultérieurement mais on va trouver le moyen de moyenner ce volet-là également.

A quelque chose malheur est bon, j’ai découvert que la police abritait toute une gamme de mignons garçons bien agréables à regarder.

2 réflexions sur “En vrac

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s