Misogynie/ sexisme/ machisme/ C’est ahurissant et ça se passe en 2013 : « Texte de loi pour l’égalité d’accès aux fonctions : Tout l’argumentaire des députés RB, Fcbe, UN et Prd »


http://www.jolome.com/m/news2/Revue%20de%20presse/72878

 

Ce qui suit est tellement édifiant que j’ai décidé de soumettre ici l’intégralité du texte parce que je ne suis pas sûre que vous cliquerez sur le lien or cet article doit être lu.

J’espère que les journalistes comprendront.

 

 

Texte de loi pour l’égalité d’accès aux fonctions : Tout l’argumentaire des députés RB, Fcbe, UN et Prd

Raphaël Akotègnon

L’ajournement sine die de la proposition de la loi portant l’égalité d’accès aux fonctions entre homme et femme est intervenu ce mardi 19 février 2013 après les explications des partisans, des adversaires et des auteurs de ladite propositions. Voici l’argumentaire des députés RB, Fcbe, UN et Prd sur le sujet.

Francis Z. OKOYA

www.visages-du-benin.com     Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs

 Claudine Prudencio (Fcbe)

« Il s’agit d’une loi qui fait partie de l’arsenal juridique des pays modernes. Notre pays ne peut se dérober, notre pays ne peut rester en marge. La Commission des lois a fait un excellent travail qui est en parfaite harmonie avec notre vœu. C’est pourquoi je voudrais demander à tous mes collègues de nous accompagner dans le vote favorable de cette loi.

Rosine Vieyra Soglo ( RB)

C’est la 2ème fois en presqu’en 20 ans de Législature que je vois des hommes porteurs de proposition de loi en faveur des femmes. Je ne dis pas que Débourou m’étonne mais à le voir assis, à le voir parfois réagir, on ne s’imagine pas qu’il puisse plaider en faveur des femmes et proposer une loi pour elles. Quand imposer votre nom à votre femme, Mme Nago, Mme Débouroi, Mme Soglo… vous ne pensez pas qu’elles sont vos égales. Vous êtes contents quand nous vous aidons à être là où vous êtes…Vous ferez ce que vous voulez. Votez la loi si ça vous dit. Ne votez pas si ça vous chante. Mais honte à ceux  qui ne vont pas voter cette loi. Et je dis à vous les femmes qui m’écoutez sur Radio Hémicycle ou qui regardez la Télévision, regardez bien ces hommes qui ne vont pas voter cette loi. S’ils rentrent ce soir, accueillez, recevez les comme cela se doit. C’est moi qui vous le dit…. »

Parfait HOUANGNI ( RB)

« …la raison ne doit pas déserter le forum. C’est une illusion législative que de voter cette loi. C’est vrai que c’est de notre devoir de voter des lois. Mais il faut se demander si le droit peut régler tous les problèmes. La parité entre homme et femme pour l’égal accès aux fonctions administratives et électorales ne doit pas être notre priorité en ce moment. Nous devons lutter pour l’instruction prolongée des femmes, leur garantir l’accès aux ressources pouvant renforcer leurs capacités…Nous n’allons pas voter une loi pour plaire à la communauté internationale. Nous importons presque tous. Nous n’allons pas importer toutes les lois aussi. Faisons attention à celle-ci. Le temps est le remède de tous les maux… »

 Yacoubou MALEHOSSOU ( RB)

« …Il est normal que ces femmes qui sont les premières à nous soutenir, les première à être présentes à nos meetings sous le soleil sous la pluie, il est normal qu’elles soient récompensées. Mais je ne sais pas si c’est pour ça qu’il faut la parité politique. Il faut les remercier certes. Mais de cette manière-là, je doute fort. Je sais qu’il faut voter cette loi mais pas maintenant ».

 K. Epiphane QUENUM POSSY BERRY  ( RB)

« Nos mères, nos femmes, nos sœurs, nos filles doivent être remerciées pour toit ce qu’elles ont fait, tout ce qu’elles font et ferons pour nous. Mais ma position doit être celle du mécanicien social ( sociologue) que je suis. Nous avions voté la loi portant Code de la personne et de la famille sous pression et on s’est rendu compte que cette loi était avantageuse pour une catégorie seulement de femmes. Nous avions tenté de faire de la discrimination positive en proposant sous la 5ème ou la 4ème Législature dans une loi électorale, que toutes les listes doivent comporter au moins 30% de femmes. La Cour a cassé. Après avoir rappelé tout ceci, je rappelle l’article 15 de la Constitution qui stipule que tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l’intégrité de sa personne. Or en votant cette loi, l’homme n’assure plus sa sécurité fonctionnelle. Il en est de même pour la femme. J’évoque ensuite l’article 26 de la Constitution. Je cite : « L’Etat assure à tous l’égalité devant la loi sans distinction  d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de position sociale. L’homme et la femme sont égaux en droit. L’Etat protège la famille et particulièrement la mère et l’enfant. Il veille sur les handicapés et les personnes âgées. ». Si on vote l’égalité d’accès  aux fonctions, on votera également l’égalité de religion, d’opinion politique et tout le reste…Nous ne devons pas importer les travers du développement. C’est la loi à tout prix qui instaure le mariage gay en Europe. C’est ça nous voulons ici ? Est-ce que Dieu a fait l’homme pour qu’il porte la grossesse ? C’est déjà une injustice faite à l’homme…Nous avons l’exemple de la Belgique. Quand nous sommes allés, ils nous ont dit que cette loi leur crée trop de problèmes. «  C’est à cause de ça qu’on a pas pu former notre gouvernement pendant de longs mois. Parce qu’on a dit parité, il fallait rechercher et trouver les femmes qu’il faut et à défaut ils ont pris les femmes disponibles…Nous allons voter cette loi plus tard… ».

Franck Francis LOKO  (RB)

« …Nous sommes 83 députés et il y a parmi nous seulement 7 femmes le ratio donne 8%. C’est la représentation nationale ? Je voudrais féliciter le député Débourou qui a pris cette courageuse initiative. Il y a une véritable injustice qu’il faut réparer en votant cette loi ».

www.visages-du-benin.com     Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs

Sabi Moussa SOULEY ( Fcbe)

Nous devons voir notre société comme un charriot à deux roues. Une roue c’est les femmes et la 2ème une roue c’est les hommes. Si une seule roue tourne, le charriot n’avance pas. Si une roue tourne plus vite que l’autre, le charriot va tourner en rond. Il faut que les deux roues tournent en même temps, à la même vitesse et dans la même direction. C’est ce que nous voulons faire en votant favorablement cette loi »

Guéné OROU SE  ( Fcbe)

Cette loi doit en principe appréciée de tous. Mais je crains que cette loi soit désavantageuse  pour les femmes à long terme. Elles sont 52% donc parler d’égal accès aux fonctions signifierait plus tard que les femmes qui sont plus nombreuses aient le même quota que les hommes moins nombreux. Si nous voulons voter  pour plaire à nos femmes, il faut examiner la question sous cet angle.

Candide A. M AZANNAÏ. ( Fcbe)

«  Je pense qu’il faille séparer la notion de la femme de la notion du sexe. Parce qu’il semble que les activistes font de la récupération. Il a été dit et démontré qu’on ne naît pas femme, on le devient. En Europe aujourd’hui, dans un couple, un homme peut devenir une femme et une femme peut devenir un homme… Faisons attention. Il y a déjà l’égalité naturelle entre l’homme et la femme…. Au nom de quoi deux ou trois femmes vont se lever, se saisir de notions qu’on n’a pas fini d’éclairer et venir réclamer des choses ? Il y a un caractère usurpateur de leur position, une position agressive. Quelles sont les femmes qui sont à la base de cette proposition de loi. Pourquoi, il a fallu deux hommes signataires avant qu’une femme ne vienne ? Sincèrement à l’étape actuelle, nous devons poursuivre la réflexion et c’est aller trop vite en besogne que de voter cette loi. Il faut la retirer simplement pour ne pas la soumettre au rejet par vote. Je voterai contre et je regarde les caméras pour le dire. J’ai reçu des conseils et des suggestions des femmes pour voter contre cette loi. Car elles m’ont dit qu’elles ne se reconnaissent pas à travers les souhaits de ces femmes qui s’agitent et qui font des choses pour fragiliser leur foyer. Est-ce que les femmes activistes là aujourd’hui ministres députés et autres cadres ont attendu une loi d’accès égal aux fonctions ? Pourquoi veulent-ils rendent paresseuses nos filles. Les femmes que j’ai écoutées m’ont dit qu’elles ne sont pas exclues de la société donc «  ne votez pas cette loi …».

Sacca LAFIA ( Fcbe)

« …je sens une certaine gêne dans le débats et c’est normal. L’égalité en question devrait être naturelle. Ça me gêne parce qu’on ne devrait pas légiférer pour ça. J’ai des doutes et il a été dit qu’en cas de doute il vaut mieux s’abstenir. Chacun a sa passion. Il y a les femmes qui aiment le commerce, les affaires et qui du matin à l’heure actuelle, ont déjà gagné 4 ou 5 millions. Il y a ceux qui aiment battre les records ils sont entrain de courir ou de nager. Chacun a sa passion. Il faut être sûr que les femmes veulent faire de la politique. Si on vote cette loi on ne peut l’appliquer… »

www.visages-du-benin.com     Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs

Zimé KORA GOUNOU ( Fcbe)

«  Je voudrais demander combien de femmes y-a-t-il parmi les conducteurs de véhicules administratifs ? Combien on peut en avoir ? Moi je ne voterai pas cette loi elle ne rime à rien »

Nourénou ATCHADE ( Fcbe)

« …j’ai apposé ma signature pour cette proposition de loi. Mais avec votre permission monsieur le président de l’Assemblée, je la retire. J’ai demandé des exemples de pays où cette loi est votée et appliquée on m’a parlé du Rwanda. Mais au Rwanda une loi pareille est normale après les affres de la guerre que ce pays a connu. La guerre a détruit les hommes et les femmes sont devenues trop nombreuses…Ici c’e n’est pas possible… »

Lucien Houngnibo (Fcbe)

« Je voudrais accompagner les femmes parce que cette loi est la bienvenue. Mais c’est un piège pour les femmes.  Ceci parce que la femme a beaucoup de rôle a joué, des rôles qu’elle n’a même pas fini de jouer et vous lui confiez  encore d’autres rôles. Si on fait un sondage au niveau de toutes les femmes de ce pays, je pense que  c’est le non qui va remporter. Le non va remporter  parce que la femme est dans le ménage, au champ,  au marigot, dans les bureaux. Est – ce qu’en votant cette loi, vous pensez aider vraiment les femmes ? Je pense que c’est pour les insulter.  Nous ne pensons pas que cette loi peut leur vraiment bonheur.  Nous demandons le retrait simplement de cette loi pour ne pas à la dérive »

Djibril Mama Débourou

« …Trois raisons me motivent pour concevoir cette proposition de loi. La première est une raison objective parce que je n’ai jamais douté de l’intelligence des femmes de leur bon sens, de leur rigueur, de leur ouverture. Toutes ces qualités caractérisent un leader. Donc je me dis si toutes ces qualités se trouvent réunies en une femme, c’est qu’elle ne manque pas d’être leader tout autant que les hommes. Ma 2ème raison est subjective.  J’ai quatre enfants et ces quatre enfants sont des garçons. Alors M. le président, on porte un double désir à ce qu’on n’a pas. Donc je souhaitais avoir une fille que je n’ai pas. Mais je me dis que j’ai le devoir d’aider les filles. Ma 3ème raison est une question de principe. Vous ouvrez n’importe quel  document, on  prône la  discrimination politique des femmes. Et c’est le système éducatif qui a été le précurseur de cette discrimination.  Que ça soit le gouvernement, que ça soit, les partenaires au développement, il y a un coup de pouce qui est donné à la gent féminine dans le secteur de l’éducation. C’est la 3ème raison qui m’a inspiré… A entendre les interventions, je mesure ma responsabilité à la vigueur du débat. Au sein de mon groupe parlementaire, il y a eu des discussions franches et fructueuses et il a été décidé de voter contre. Mais comme je ne peux vouloir une chose et son contraire, comme je ne peux pas voter contre une loi que j’ai proposée, j’évoque l’article 46 du Règlement intérieur pour demander le report sine die de l’examen de cette proposition de loi  »

www.visages-du-benin.com     Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs

André Okounlola ( Fcbe)

Je ne vais pas vous mentir, ce sont des femmes qui m’ont dit que j’ai commis une première erreur. Elles m’ont que la politique, c’est tellement dure que maintenant que tu es allé à l’Assemblée nationale, tu nous dis qu’on doit obligatoirement faire la politique (…) Cette loi est une loi qui va encourager la médiocrité.  C’est pourquoi, je voudrais vous demander de ne même pas se hasarder à voter cette loi là. Avec respect, ces femmes m’ont donné l’exemple de la députée Rosine Vieyra Soglo qui, pratiquement, a déjà fait 20 ans ici. Est-ce que c’est une loi qu’on a voté pour qu’elle fasse 20 ans ici ? Le gouvernement est aujourd’hui représenté dans cette salle par deux femmes. Est-ce que c’est une loi qu’on a voté avant qu’elles ne soient Ministres ? (…) Les femmes n’ont qu’à s’imposer parce qu’elles sont 52%. Tout le monde sait aujourd’hui que si on organise les élections communales ou législatives, il faut mettre autant de femmes que d’hommes sur les listes de candidatures. Où est ce qu’on va trouver ces femmes là ? Va t-on les fabriquer ? Il ne faut pas qu’on s’attache les mains. Ce n’est pas qu’on crée notre mort politique. Les femmes n’ont qu’à se battre comme nous pour venir ici. C’est une vocation (…) Je suis effectivement signataire de cette proposition de loi, mais malheureusement ce matin, il y a eu réunion de mon groupe parlementaire. Et, moi je suis respectueux de la majorité parce que je suis un démocrate convaincu. La majorité a demandé qu’on vote contre. C’est pourquoi, je joins ma voix à celle de l’honorable Débourou pour demander d’ajourner la discussion pour que le jour les conditions seront sociologiquement remplies on puisse ramener la proposition de loi. Que Dieu nous prête longue vie… »

Lazare Sèhouéto ( UN)

« …Le débat qui est en cours révèle deux choses majeures. La première chose que ça révèle est qu’à force de vouloir tout obtenir, nous en arrivons parfois à oublier l’essentiel. L’essentiel, c’est connaître la société, connaître les femmes, connaître les hommes pour lesquels on veut appliquer la loi. Ce débat est un débat en partie juridique, en partie politique et en partie sociologique (…) Selon moi, la loi qui est en instance ne permet pas de faire avancer la société. Elle permet plutôt de satisfaire des envies. Elle permet peut-être aussi de satisfaire des promesses qui n’ont rien à avoir les réalités de notre société (…) On n’élimine pas les obstacles qui empêchent la femme d’accéder à un certain nombre de fonction et on vient prendre une loi alors qu’on sait qu’il y a mille autres obstacles par derrière. C’est de l’hypocrisie politique. Heureusement, beaucoup de collègues tentent d’échapper à l’hypocrisie politique. Telles qu’elles et tels que les hommes sont aujourd’hui, les femmes ont des combats politiques (…) Je voudrais vous demander de s’intéresser un peu aux comportements que les femmes ont projeté dans la politique. Lorsqu’on les nomme Ministres, pourquoi après, pour la plupart, elles fuient la politique ? Regardez combien ont été nommés Ministres femmes depuis 1991. Elles ont découvert la politique comme beaucoup d’autres hommes. Elles sont Ministres, mais quand elles sortent du gouvernement, elles font quoi ? Si la politique n’avait pas ses spécificités et qu’on ne peut pas obliger quelqu’un à faire la politique, on n’aurait pas ce nombre de femmes dans l’arène politique… »

Raphaël Akotègnon ( PRD)

« …Les femmes ont la possibilité de se faire positionner à 100%. Je dis bien à 100%. Si un parti politique constate que dans une localité, dans une circonscription, dans une commune, il faut une position des femmes à 100% pour gagner ou à 50%, ce parti ne se fera pas prier. Tout dépend d’abord du travail des femmes sur le terrain politique. Et le Prd est précurseur à ce sujet. Nous avons 22% de femmes parmi nos élus sans une loi portant égalité d’accès aux fonctions et nous allons améliorer ce chiffre prochainement… »

 Léon Basile Ahossi (Un)

« De mémoire de député, c’est la première fois que je rencontre une proposition de loi qui souffre. Elle souffre énormément malgré toutes les plaidoiries. Je suis pour la parité qui règle les problèmes. Je ne suis pas pour la parité qui en crée. Quelqu’un a cité l’exemple du Rwanda. Moi, je citerai l’exemple du Liberia. Il n’y a pas eu de loi sur la parité pour que les Libériens élisent une fois présidente de la République du Liberia. Cela veut qu’on le faire ici aussi au Bénin. Je voudrais également citer l’exemple d’Athènes. Vous savez, à Athènes, il y avait une place publique où les populations se réunissaient pour discuter des problèmes de la communauté. Au début, il y avait que des hommes. Et puis, ils ont commencé par intégrer tout doucement les femmes. Et Athènes a connu un bouleversement qu’il y a eu plus d’un siècle à régler. C’est pour dire que notre société n’est pas spéciale. Les pesanteurs sociologiques que nous évoquons ici ne sont pas particulières à notre pays. J’ai reçu dans ma boîte électronique qui m’incitait à soutenir cette proposition de loi. Malheureusement, cette camarade de classe au Lycée Béhanzin  a ajouté à ce message, un argument qui a tout détruit. Elle a écrit : ‘’les partenaires de l’Usaid se sont impliqués dedans’’. Les Américains ne proposent pas ça chez eux, pourquoi ils veulent faire ici un système du genre tropicalisé. C’est cette phrase là qui m’a le plus conforté dans ma position. Et à cette détermination, j’ajoute mon admiration pour ses braves femmes qui se sont battues toutes seules pour être députées, Ministres parce qu’elles l’ont mérité… »

Eric Houndété (UN)

«… En venant ce matin, j’ai dit à ma fille de 5 ans que je m’en vais voter la loi qui va lui permettre d’être candidate demain. Vous voyez donc ma tristesse à l’annonce des choses que j’entends. Avant tout propos, vous me permettrai de féliciter le combat des femmes qui se sont engagés dans cette lutte. Quelle que soit leur motivation, il faut que notre société change. Il faut que notre société progresse. Car, celles qui sont les plus nombreuses, les plus entreprenantes et souvent les plus intelligentes méritent d’avoir leur place dans les arènes de décision (…) Trois des initiateurs de la loi sont membres de la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale. Malgré leur présence dans le bureau et dans la Conférence des présidents, ce texte qui a été programmé depuis novembre 2011 n’a pas été appelé.  Et ce n’est que la pression des femmes qui nous y a conduit aujourd’hui (…) Il fallait introduit ce document pour leur faire avaler d’autres pilules. Pour être plus sérieux, il y a véritablement un problème de participation de la femme aux instances de décision. Je pense que ce que nous devons faire, ce n’est pas d’ajourner sine die cette proposition de loi. Faisons des amendements pour améliorer cette proposition de loi. La question de la formation et de l’éducation des filles. Voilà un amendement que nous pouvons introduit pour prescrire au gouvernement qu’il doit s’impliquer nécessaire pour pouvoir accroître son engagement. Les femmes dans les partis politiques ; pourquoi ne pas promouvoir les partis politiques qui recrutent des femmes dans le cadre du financement des partis politiques ? Il y a aussi la présence des femmes dans l’administration. Comment faisons-nous pour que les Ministres fassent la promotion des femmes. Nous pouvons légiférer pour que les femmes soient présentes dans les arènes de décisions… »

4 réflexions sur “Misogynie/ sexisme/ machisme/ C’est ahurissant et ça se passe en 2013 : « Texte de loi pour l’égalité d’accès aux fonctions : Tout l’argumentaire des députés RB, Fcbe, UN et Prd »

  1. La femme est la moitié de la société et elle a droit, tout comme l’homme, à tous le postes. Et l’homme qui refuse ce droit, est ingrat, car la femme c’est sa mère, sa sœur, sa fille, son épouse qui partage tout avec lui. J’espère que la femme ait tous ses droits chez vous comme chez nous en Tunisie.

    J'aime

  2. tU SAIS MISS , EN FRANCE ,CELA N’EST PAS MIEUX. APRES MAINTS ET MAINTS COMBATS DES FEMMES,NOS VIEUX MÂLES Gérontocrates ET NANTIS CONDESCENDENT à laisse quelques femmes à des postes mineures.Le pouvoir et les privilèges ne se partagent. Comme les clubs industriels et business: surtout pas de femmes. Alors ,les femmes créent leurs propres cellules et elles ont bien raison.

    J'aime

  3. Je souhaite qu’il n’y ait pas de raisons valables chez vous pour ne pas accorder aux femmes les facilités pour qu’elles accèdent aux fonctions les plus hautes. Déjà, elles doivent se battre davantage que les hommes pour ces fonctions. Il y a lieu pour un certain temps de leur faciliter le chemin le plus possible. Cela n’est pas contre les hommes. Ceux-ci devront accepter que la femme soit bien représentée et ait non seulement les tâches multiples à faire, mais son mot à dire quant aux tâches à faire.
    Je vous le souhaite à vous les femmes du Bénin.

    J'aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s