Paparazzi


De temps à autre je me pose des questions qui n’ont rien à voir avec ma vie.

Parfois je trouve ça bizarre mais ensuite je me dis que ce serait bien triste si je ne pensais qu’à moi et à mon environnement immédiat.

Une introduction nullissime pour dire qu’il m’arrive de m’interroger sur la célébrité, les médias, l’information, les droits individuels, la démocratie et d’autres sujets.

J’ai eu envie d’en parler après avoir croisé une célébrité hier. En général je me contente d’un bonjour si nos regards se croisent, par timidité et parce que je me dis qu’ils en ont peut-être assez d’être sollicités même en toute bienveillance.

Bref, je me demandais dernièrement en quoi le public avait le droit de savoir ce que font les personnes publics dans leur vie privée, quand bien-même une partie de cette vie privée se déroule en communauté et publiquement.

En quoi est-ce de l’information ou de la connaissance?

Pourquoi participons-nous au harcèlement d’autrui, quand bien même cet autre commettrait des actes discutables ou répréhensibles, surtout s’ils n’ont pas d’incidence sur ses activités publiques (politique, arts, etc.).

Je pense souvent à Britney Spears et Lady Diana, l’une semble se remettre de la torture infligée par une partie des médias et du public, l’autre en est morte, ébranlant au passage la monarchie britannique.

Sachez-le j’ai pleuré comme une madeleine à l’annonce de son décès pourtant, comme le souligne encore ma cousine qui n’en revient toujours pas, je ne la connaissais même pas.

J’aimais la femme qu’elle semblait être, malgré ses défauts et je trouvais qu’on était cruel avec elle.

Pour en revenir à Britney Spears, je suppose qu’elle était déja déséquilibrée à la base mais je crois qu’être épiée, assiégée, poursuivie, citée, jugée en permanence lui a mis « un pied dans la folie » (comme disait mon professeur de statistiques).

Qui ne basculerait pas dans ces conditions? Bien sûr certains le vivent mieux que d’autres, certains le cachent mieux que d’autres mais je crois que l’immense majorité des personnes publiques connaissent des périodes d’écœurement, d’énervement, d’abattement, d’anxiété qui peuvent les pousser vers la dépression, les psychotropes, la violence, jusqu’au meurtre ou au suicide, soit précisément les failles que nous guettions et qui n’existaient pas forcément tant que nous ne nous acharnions pas contre ces personnes.

Il me semble que c’est agir contre elles, malgré ce qu’affirment certains pseudo-journalistes, reporters, fans et individus lambda quand ils disent que « non, c’est juste pour savoir, au fond on ne le déteste pas, on l’aime bien même ». Non, ce n’est pas de l’amour, c’est de la perversion qui non seulement atteint l’autre mais nous fait du mal à nous-mêmes en développant nos mauvais penchants.

Dans la pratique les définitions sont devenues très floues pour l’information, la communication, la rumeur, le divertissement, l’alerte, le complot, le journalisme, les médias, le droit à l’image, le droit à la vie privée, la vie publique, la personne publique, la réalité, la fiction, le scénario, la vérité, la célébrité, le talent, la morale, l’éthique, l’équité, la notoriété, la légitimité, l’autorité, tout se mélange.

Il semblerait que ce soit créé une sorte de droit à la notoriété. Ce besoin a probablement toujours existé chez l’être humain mais de la à en faire un droit? C’est donc un besoin, une nécessité, un droit, une valeur.

Vous avez de la dignité et du pouvoir parce que vous êtes connu. C’est le vedettariat qui fait de vous un citoyen, qui vous confère le droit d’avoir un avis, le droit d’entrer là où vous voulez, le droit d’être reçu par un responsable, le droit de vous exprimer dans la presse.  Ainsi la fameuse Nabila aurait récemment cru avoir le droit de couper une file d’attente dans une gare sous prétexte de sa récente notoriété. Heureusement il reste des imbéciles pour estimer que le statut dans lequel elle se drape n’est rien et ne vaut rien.

Je l’ai déjà dit ici, mon grand-père répétait que « L’homme peut tout acheter sur cette terre sauf le mérite, l’honneur et la dignité » (le nom de l’auteur m’échappe). Voilà des valeurs.

Alors pourquoi nos sociétés encouragent-elles le culte de la vacuité, de la bêtise, de la nullité, de la notoriété vaine et fugace ?

Pourquoi lorsque nous savons que ces éphémères vont certainement s’écraser très vite et avec fracas, groguis, cassés ou finis à trente ans?

Pourquoi fabriquons-nous ces monstres fragiles? Pourquoi les encensons-nous pour les crucifier ensuite?

Pourquoi avons-nous tant besoin de consommer des personnages publics? Pourquoi avons-nous tant besoin de tout savoir sur eux et de les lyncher publiquement?

 

paparazzi-berlin-terry-r

 

 

 

 

19 réflexions sur “Paparazzi

  1. Parce que plus il y a de regards tournés vers une cible, plus cette cible devient un support de communication susceptible de rapporter beaucoup d’argent. car en terme de probabilité, plus un message est reçu par un nombre important d’individus, plus il a de la chance de toucher un grand nombre de personne et donc d’augmenter la probabilité du passage à l’acte d’achat. C’est juste une histoire de gros sous et les « people » qui s’adonnent de leur plein gré à ce jeu pour eux même remplir leurs caisses le savent pertinemment en usent et….en abusent. Ce qui fait l’offre c’est la demande. L’ancien patron de TF1 disait : Le seul objectif de TF1 c’est de vendre des minutes de conscience humaine à coca cola. c’est encore bien plus pervers que tu ne l’imagines. L’être humain ne se sent vivant que lorsqu’il éprouve des émotions fortes qui vont générer chez lui des productions d’hormone qui vont le soulager, l’enivrer (un peu comme quand on est amoureux) l’émotion est une drogue puissante. Donc on va créer de plus en plus d’émotion forte en faisant d’un côté très peur (info alarmistes, documentaires trash, téléfilms idem) et d’un côté rêver, en faisant passer les gens du chaud au froid on les captives, on les tient, et on en profite pour leur vendre du nutella. on les détourne surtout de ce qu’ils pourraient eux mêmes créer (une vie plus en adéquation avec ce qu’ils sont) ou voir pire si soudain ils se mettaient à réaliser que se ne sont que des portes monnaies ambulants au service du système. Bref tout ce que tu as si subtilement dénoncé n’est autre qu’une machine de manipulation des foules pour mieux l’asservir. Penser autrement, vivre autrement, accéder à soi même, ça commence par éteindre la télé. c’est ce que j’ai fait et plus on sera nombreux à couper le son pendant les pubs, à se concentrer sur notre propre besoin d’évoluer et donc à poser des actes plutôt que d’être la victime privilégiée de ce système, plus vite le monde deviendra meilleur. belle journée à toi et merci pour tes réflexions justes.

    J'aime

    • Hello Madame,
      Merci pour ta visite et ton commentaire.
      Tu as bien raison sur cette énorme machine à vendre n’importe quoi.
      D’ailleurs je baisse le son pendant les pubs ou je déménage, à moins d’être particulièrement interpellée par les premiers sons ou les premières images. L’augmentation du son met effectivement l’accent sur le fait que nous sommes là pour ingurgiter la pub.
      GRRRRRRRRRRRRRRR

      J'aime

  2. En devenant célèbre, on perd notre vie privée. C’est regrettable de voir surtout les médias fouiller dans les plus intimes moments des gens célèbres.

    J'aime

    • Je peux comprendre que de véritables journalistes diffusent parfois des informations sur des activités privées quand elles déteignent sur la sphère public et/ou qu’elles montrent aux gens que certains personnages posent des actes négatifs à l’opposé de l’image qu’ils se construisent mais je crois que la célébrité ne donne pas le droit aux gens de vous poursuivre en permanence.

      J'aime

  3. Je me pose les mêmes questions et je réponds que chaque personne doit un jour ou l’autre prendre conscience qu’il peut chosifier les autres, les idéaliser, désirer être comme d’autres, pour probablement combler un vide intérieur avec une «apparence» de plein. La seule valeur de soi se trouve dans la méditation et le silence, dans la réalisation de sa propre valeur unique, donnée par le Créateur pour combler sa création. L’adoration de vedettes n’est pas dans le plan de Dieu et les détruit. Elle détruit aussi celui ou celle qui adore, en ce qu’elle est basée sur des faussetés.

    Merci et c’est une bonne question de réflexion Miss Ayodélé

    J'aime

  4. C’est simple je ne pourrai pas être une vedette.
    D’ailleurs en tant que blogueuse même si on parle de nous on ne dit pas tout.
    Les paparazzis abusent mais tant qu’il y aura des gens pour lire les mags people ils seront là…

    New post – Kisses
    http://www.mademoisellemode.com/

    J'aime

  5. Il me semble que les personnes qui accordent trop d’importance à la vie des célébrités, à savoir ce qu’elles font, agissent de cette manière, car d’une certaine façon, elles vivent par procuration.

    Au lieu de vivre pleinement leur propre vie, de prendre les risques nécessaires, d’oser agir pour bousculer leur destin, elles préfèrent réagir contre leurs propres peurs, en regardant vivre les autres, en les enviant parfois, ou en commentant leurs frasques et déchéances parfois.

    J'aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s