What the fuck is that?


Je suppose que la photo qui suit va vous choquer mais ce n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg.
Si si!

 

Femme nue dans le métro

 

 

Figurez-vous que la semaine dernière je suis tombée le même jour sur cette image et sur un document dans l’émission Metropolis (diffusée sur la chaîne franco-allemande Arte) qui s’intéressait à un jeune homme qui se fait photographier en prenant exactement le même genre de pauses que la femme ci-dessous.

 
J’étais au téléphone lors du premier passage et de la première rediffusion donc je n’ai pas vraiment suivi.
Apparemment il exerce cet art de sa propre initiative, organise les prises de vues, etc.
Comme sur la photo les pauses semblent faites dans des situations totalement inappropriées (si tant est qu’il puisse y avoir des situations appropriées).
Je dis semble car d’une part ses photos m’ont paru moins naturelles que celle représentant la jeune femme, on aurait dit des collages plutôt et d’autre part les contextes me semblent tellement inouïs que j’ai peine à y croire. Je me souviens notamment d’une scène avec une mère de famille et un ou deux enfants à ses côtés avec vue sur son anus probablement ouvert aux quatre vents..

 
La confrontation avec ce type de phénomène tout de même percutant, deux fois le même jour m’emmène à me demander si c’est une tendance artistique émergente, d’où et depuis quand, pourquoi et quel est le message? « J’emmerde la terre entière! », « Fuck la société! », « J’offre mon corps à l’art », « rattrapage express pour ceux qui auraient manqué des cours de science », « Amusez-vous un peu! », « Liberté sans concessions »?

 
La tentation est grande de catégoriser cette mouvance (y a-t-il d’autres acteurs?) ou ces pépites comme porno hyper vulgaire mais je me dis que c’est trop facile, je préfère penser que ces gens ont un message essentiel à faire passer, peut-être très simple et basique ou hautement spirituel mais inaudible dans le brouhaha artistico-médiatique.
C’est tellement fort que j’ai du mal à croire qu’il s’agisse juste de se faire mousser un peu pour accéder à une petite notoriété fulgurante qui durera quelques mois suivie d’un déshonneur persistant qui lui durera indéfiniment.
Ma cousine conclurait en demandant s’ils n’ont pas de parents.
Mais on ne vas pas s’arrêter là.

 
Pour en revenir à la pure pornographie, ces images en seraient à première vue la quintessence si on considère qu’elle se définit par la béance comme je l’ai entendu dire par un chercheur (en sociologie des médias?) dans une émission de télévision il y a des années : « béance de la bouche, béance du sexe, béance de l’anus ».
Or, la pornographie pour donner à voir, ça a déja été fait, du plus gentillet au plus abject.

 
Raison de plus pour penser qu’il s’agit ici d’une autre dimension de la nudité (et pas forcément du sexe) et du décalage puisqu’ils ne se contentent pas d’écarter leurs fesses dans un lit ou même discrètement dans un lieu public.
En outre leurs postures et leurs expressions n’invitent pas à la bagatelle à mon humble avis.
Si en plus ce sont des montages, cela tendrait à indiquer qu’ils ne sont pas fous où un peu trop spontanés mais qu’ils ont réfléchi et construit leur discours.
Mais quel est-il exactement?
Ce n’est sûrement pas de la provocation gratuite.

 

 
Qu’en dites-vous?
Avez-vous déja vu cette photo, l’émission Metropolis ou d’autres documents dans ce style?

 

PS : Outre Google et Arte, je suis curieuse de savoir quels sont les médias qui diffusent ces réalisations.

 

noir glossy moue

20 réflexions sur “What the fuck is that?

  1. Si c’est de l’art, je ne comprends pas. En revanche, je trouve très amusant le regard de la femme qui observe la béance… Elle n’est pas choquée, juste curieuse, ce qui laisse à pense, comme tu le suggère, qu’il s’agit d’un montage photo.

    J'aime

    • Je crois qu’ils ont poussé le bouchon très très loin avec ça.
      Je me rends compte que quand je parle d’un plat, d’un film ou d’une chanson je dis souvent, « ça ne m’excite pas, je n’ai pas été bouleversé, ce n’est pas sensationnel »… Plus ça va, plus j’ai besoin de sensations fortes pour être touchée (même si le parfum des roses m’émeut encore).
      Peut-être sommes-nous effectivement très blasés.
      En plus les sollicitations sont très nombreuses, nous sommes interpellés de tous les côtés, il y a déja des femmes nues, des bouches ouvertes, des images scintillantes et clignotantes un peu partout donc difficile d’attirer l’attention rapidement.

      J'aime

      • Hey Ayo, nudity with wide openings in all senses. I found it personally a little laughable but it also has some artistic, the beautiful bare body that bended forward with her wide openings in all its splendor. The culmination of this unique photo is the girl who offers her body and (wide openings) to the art in a sober metro atmosphere with the only one interested woman and the rest of the people who pass let go, in other words what the fuck ! Wish you a splendid Sunday and a kiss – Sérach

        J'aime

  2. J’ai vu le reportage de Métropolis, et en fait tu as raté le plus important, à savoir la réelle façon dont le jeune homme fait ses clichés 😉 . En fait il a trouvé de vieilles photos de famille des années 50, dont il a trouvé les poses figées et étudiées de familles parfaites et sans histoire trompeuses. Ca lui a paru amusant et intéressant de casser cet univers trop figé et l’illusion de bonheur en y insérant un décalage, et pour cela il a choisi d’y intégrer des photos de lui-même, nu ou avec des poses choquantes. Je me souviens d’une photo où il est de dos en imper, manteau ouvert comme un exhibitionniste, et par le biais du montage, on a l’impression que la famille le regarde.
    Au final, personnellement je trouve que le résultat ne mérite pas plus de 5mn. L’idée peut amuser un peu, et effectivement les photos de ces années-là sont très kitsch et je peux comprendre qu’on veuille bousculer un peu cette façade. Je ne me souviens pas s’il fait ses photos en studio ou dehors, mais en tout cas, les gens qui sont sur ses photos ne l’ont jamais vu… Les seules personnes qui le voient sont les spectateurs de ses montages finaux. Et il n’utilise que sa propre nudité, pas celle des autres.

    Par contre, le côté « si on choque les gens, c’est forcément de l’art, et pour choquer, ça passe forcément par la nudité / le sexe », je trouve que c’est un manque d’originalité flagrant… Franchement, des chanteuses (Madonna, Lady Gaga, Miley Cyrus…) aux artistes contemporains, c’est devenu tellement courant que ça doit moins choquer que simplement agacer. Et les « artistes » comme ce photographe confond sûrement les deux et doit croire qu’il fait oeuvre d’avant-garde quand les gens n’aiment pas.

    J'aime

    • J’ai cherché la vidéo pendant un bon moment en vain, Arte (et la plupart des sites qui la reprennent) retirent les vidéos au bout de 7 jours semble-t-il.
      Je regarder à nouveau ce week-end.

      Merci beaucoup pour tes informations!!!
      Heureusement que certains se concentrent!
      J’avais bien flairé le montage mais je ne me doutais pas qu’il voulait perturber l’image d’un prétendu bonheur factice.

      Je dois dire que j’en ai marre de voie des chanteuses nues ou pire tout le temps.
      Tout compte fait, le body string que portait Beyoncé à la cérémonie des Grammy Awards l’autre jour me choque bien plus qu’une personne entièrement nue ayant des activités normales, sans tenter d’aguicher son environnement.
      Je suis d’accord avec toi sur le fait que la posture choquante ne peut à elle seule relever de l’art et on peut choquer sans passer par le nu.
      De plus le risque est grand que le public s’arrête au choc ou au commentaire du choc sans comprendre ni chercher où l’artiste voulait en venir.
      Je crois que je l’ai relayé sur Twitter en novembre ou en décembre, un artiste (russe ou ukrainien ou dans ces eaux-là) s’était enchaîné ou cloué les testicules dans la rue.
      …J’ai retrouvé l’article : http://www.lexpress.fr/culture/un-artiste-russe-cloue-ses-organes-genitaux-sur-la-place-rouge_1298642.html#H3ErP3f5QEI7CYZi.99
      …Son geste est tellement extrême qu’il occulte son sujet, la protestation contre « l’état policier ».
      Soit dit en passant Piotr Pavlenski ne figure pas parmi les figures que l’on cite en premier ou même tout court quand on parle de contestation du régime actuel.
      Pour sa décharge les actes les plus héroïques et les personnes les plus audacieuses ne sont pas forcément celles qui restent dans les mémoires mais son cas illustre la relative inutilité de l’exagération pour se faire entendre.

      J'aime

  3. Oui c’est un montage photo. Même à l’œil nu cela se voit par exemple : le coude a un mauvais détourage il est trop pointu et il y a un creux pas naturel entre le haut du bras et le dit coude, aussi la main refermée sur le siège est aussi détourée grossièrement. Bon moi non plus je ne mets p »j’aime » car ton article est bien il pose la question de est-ce de l’art et si oui quel est le message. Mon opinion à moi perso c’est que cela n’en est pas, mais d’autres vous diront que oui, et je ne veux pas donner mon sentiments à leur égard il est pas politiquement correct 😉 Grrrr

    J'aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s